ICI de Paris : exposition « C’est Beyrouth » à partir du 20 mars

Exposition : « C’est Beyrouth » !

Institut des Cultures d’Islam, du 28 mars au 28 juillet 2019

L’équipe de la médiation et des relations avec les publics de l’Institut des Cultures d’Islam, établissement culturel de la ville de Paris,  présentera sa nouvelle exposition « C’est Beyrouth » ainsi que l’ensemble de sa programmation et son offre pour le jeune public, scolaire et périscolaire.

Nous vous invitons à assister à cette présentation pendant un moment convivial

mercredi 20 mars à 14h à l’ICI Léon

Nous serions enchantés de vous faire découvrir nos activités à cette occasion

Pour des soucis d’organisation nous vous demandons de confirmer votre présence par l’intermédiaire du lien ci-dessous

Je m’inscris

Avant votre venue voici un lien qui vous permettra de découvrir notre programme:

https://www.institut-cultures-islam.org/wp2014/fichiers/uploads/2019/02/programme_beyrouth.pdf

Tous les renseignements nécessaires vous seront donnés sur place.

Nous vous remercions et espérons vous retrouver nombreux à cette rencontre !

_ _ _

L’Institut des Cultures d’Islam présente du 28 mars au 28 juillet 2019 l’exposition « C’est Beyrouth » accompagnée d’une programmation culturelle qui met à l’honneur la création libanaise contemporaine.

 

L’exposition présente les œuvres de seize artistes photographes et vidéastes choisis par le commissaire d’exposition libanais Sabyl Ghoussoub et propose un portrait de la ville de Beyrouth aujourd’hui.

« C’est Beyrouth » prend comme point de départ le dernier conflit Israélo-libanais de 2006.
Depuis cette date la ville déjà ravagée par quinze ans de guerre civile entre 1975 et 1990 vit dans un climat qui ne connait ni guerre ni paix. Pourtant, le spectre de la guerre hante toujours les esprits des Beyrouthins, il est introduit dans l’exposition par l’œuvre On War And Love de Fouad Elkoury et se devine dans la série Abandon où Cha Gonzalez suit les excès nocturnes d’une jeunesse en quête de sens.
L’exposition abordent des sujets de société tels que l’accueil des réfugiés syriens avec le travail de Dalia Khamissy, mais également la dimension multiconfessionnelle de la ville dans laquelle se côtoient dix-huit communautés à dominantes musulmanes et chrétiennes comme le montrent les travaux de Patrick Baz et de Nathalie Naccache. La question du corps en tant que marqueur identitaire qui se sculpte, se couvre, se transforme, exulte ou s’oublie, traverse l’exposition notamment dans la série Les bronzeurs de Vianney Le Caer ou dans Tatouages chiites d’Hassan Ammar. Les artistes de l’exposition posent un autre regard sur des minorités ignorées et nous invitent à découvrir des personnes souvent discriminées, notamment sur des questions de genre ou d’orientations sexuelles dans une société libanaise en constante mutation.

Mots-clés et thématiques abordées dans l’exposition :
réfugiés, migrations, communautés, minorités, conflits géopolitiques / religion, multi-confessionnalisme / identités, genre, représentation du corps / photographie, journalisme, reportage documentaire / sphère publique, espace privé